Les ressources

LES RÉSERVOIRS

QUELQUES CHIFFRES SUR LE RÉSERVOIR DE REDLACH

LA DISTRIBUTION DE L'EAU POTABLE

 

La provenance de l'eau potable

L’eau puisée par le SEBVF provient d’une nappe profonde dite du "grès vosgien".

Nous disposons de 3 lieux de production d’eau situés à Créhange (deux forages), à Basse-Vigneulles (cinq forages) et à Holacourt (un forage).

L’eau est pompée a une profondeur de 200 à 300 mètres, puis passe sur des filtres afin d’enlever les éléments qui ont été dissous lors de son passage dans les différentes couches de roches. Ces éléments sont le fer, le manganèse, des sels de calcium tels que les carbonates et les bicarbonates. Ces derniers proviennent de la dissolution des roches calcaires. La concentration importante en bicarbonate de calcium caractérise l’eau produite par notre Syndicat, qui est une eau "dure".

L’eau distribuée par le SEBVF est parfaitement conforme aux exigences fixées par les normes européennes. Cependant, la concentration importante en carbonate de calcium (appelé plus communément calcaire) a poussé les élus à compléter la filtration par un adoucissement (suppression du calcaire), réalisé par la nouvelle usine de décarbonatation, située à Basse-Vigneulles.

 

Une fois filtrée, l’eau est pompée vers les châteaux d’eau et les réservoirs, qui sont construits sur les points les plus hauts (Tritteling-Redlach, Haute-Vigneulles, Servigny-Frécourt, Landremont, Longeville-Lès-Saint-Avold, Rémilly, et Côte de Delme à Juville).

 

Les réservoirs

Les réservoirs, plus souvent appelés "châteaux d’eau", présents dans le paysage urbain ou rural permettent le stockage de l’eau provenant des stations de pompage. Ils sont placés le plus souvent en point haut afin de pouvoir distribuer l’eau par gravitation. Lors de leur adhésion, les abonnés de Créhange, Faulquemont, Flétrange et Tritteling recevaient l’eau depuis le réservoir situé au-dessus de l’ancienne Direction des HBL abritant à l’heure actuelle les bureaux du Centre Régional de la Formation du Bâtiment et des Travaux Publics. 

 

Quelques chiffres sur le réservoir de Redlach

En 1979, les HBL, propriétaires des forages de Créhange qui alimentent le réservoir, cédèrent leurs installations de production et de distribution au SEBVF.

Construit en 1930 en tôle à double épaisseur rivetée, l’ancien réservoir avait une capacité de stockage de 800 m3. En prévision de son remplacement, étant donné son ancienneté, le Syndicat des Eaux fit l’acquisition auprès des HBL des terrains situés sur le point le plus haut de son secteur (Côte NGF 410 à Redlach) afin d’y construire le nouveau château d’eau d’une capacité de 900 m3.

Cette situation géographique lui permet de desservir par gravité 70 des 83 communes actuellement adhérentes au Syndicat. Les canalisations d’arrivées alimentent indépendamment chaque réservoir au moyen de vannes électriques asservies au niveau et au volume souhaité afin d’assurer un mélange de l’eau arrivant soit de Créhange, soit de Basse-Vigneulles. Cette solution permet de distribuer une eau répondant aux normes européennes en vigueur.

 

Cet ouvrage est complété par les équipements suivants :

  • Un mât pour l’antenne des radios du parc automobile du Syndicat et les antennes-relais des opérateurs privés de téléphonie mobile (France Télécom, SFR et Bouygues Télécom).
  • Un système de télégestion gérant le niveau des 3 réservoirs du site (réservoir sur tour de 900 m3, à proximité des 2 réservoirs de 1500 m3 existants) depuis les forages de production de Créhange et de Basse-Vigneulles. Ces informations sont transmises au siège du Syndicat à Faulquemont.
  • Une voie d’accès, avec parking et clôture, raccordement électrique, câble de télégestion et canalisations.
  • Aménagement paysager et plantations.

       

      Le réservoir de Redlach en chiffres
 

La distribution de l'eau potable

De ces réservoirs, l’eau arrive dans chaque maison pour y être utilisée en quantité et au moment souhaité.

Nous ouvrons le robinet, et l’eau coule, chaude ou froide, de jour comme de nuit. Nous trouvons cela normal.

Pour desservir 19 473 abonnés (en 2016), soit 44 560 habitants (population au 01.01.2013 publiée au 01.01.2016), le syndicat dispose de plus de 686 Km de réseaux (conduites principales supérieures au diamètre extérieur 60 mm), disposées le long des routes menant aux 83 communes adhérentes au Syndicat des Eaux.